Get Adobe Flash player

SENIOR FEMININE : DEUXIEME PHASE - ACTE 5


Pour leur cinquième match de la deuxième phase du championnat de D2, les filles du CS Bétigné recevaient l’équipe de La Vitréenne. La première interrogation de ce dimanche après-midi reposait sur la présence ou non d’arbitres pour ce match. Malheureusement comme souvent cette saison, cette équipe était livrée à elle-même et donc point d’arbitre présent à l’heure du coup d’envoi... Les recevants du jours en étaient donc réduits à demander de l’aide à leurs visiteurs qui ont accepté, avec beaucoup de sportivité, d’assumer l’arbitrage (très bon au demeurant) de cette rencontre.


La deuxième interrogation concernait l’état de forme de l’équipe du CS Bétigné après trois semaines sans match et pratiquement sans entraînement. Le début de la rencontre était rassurant sur la motivation et les intentions des Bétignéennes qui allaient dominer assez largement la première partie de la rencontre et mener logiquement au score (2-0) à la pause. La deuxième partie du match était malheureusement plus laborieuse, les jambes et les corps, sous-entraînés ces dernières semaines, montraient des signes évident de fatigue au fur et à mesure de l’avancement du match et les Vitréennes revenaient logiquement au score à l’heure de jeu et auraient même pu (ou du), sans un peu de maladresse et le brio de la gardienne Bétignéenne, égaliser dans ce temps très faible des locales. Mais les blanches et bleues retrouvaient, après ces quinze minutes très difficiles, suffisamment de force et de lucidité pour terminer ce match sur le score de 2-1.


Une troisième victoire pour les Bétignéennes et une première défaite pour les filles de La Vitréenne. Un très bon résultat finalement.


Julie et Bernard  


PS : un nouveau merci appuyé à nos visiteurs du jour pour leur aide à l’arbitrage et leur sportivité. 

Carton rouge   : ce n’est pas parce que nous n’avons pas d’arbitre que nous ne pouvons pas en distribuer. Je me permets donc, en ce lendemain de match, d’en adresser un pour le désintérêt honteux de notre section envers son équipe senior F.  J’ai eu mal à mon CSB en ce dimanche après-midi,  « Esprit club » où es-tu ?

Bernard


























































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































Par :
Bernard MANCEAU